La question de la semaine (#11)

11 Qu’est-ce qu’un sempaï ? un kohaï ? un dohaï ?

  « Sempaï », « kohaï » et « dohaï » sont trois termes japonais qui désignent les pratiquants en fonction de leur différence d’ancienneté. Le pratiquant plus ancien s’appelle sempaï ; celui qui est aussi ancien que soi est le dohaï ; un pratiquant moins ancien est un kohaï. Ces notions traitent non pas de l’âge réel ni du niveau technique mais de l’ancienneté dans l’étude de l’aïkido. On comprend donc qu’elles sont relatives (on sera le sempaï de tel pratiquant mais le kohaï de tel autre).

Ces notions sont importantes car elles définissent les relations entre pratiquants lors de l’étude. Le sempaï joue vis à vis de ses kohaïs un rôle de tuteur, de modèle, de guide. Il doit les accompagner dans leurs premiers pas et chercher à créer pour eux les conditions d’une étude qui permette leurs progrès. Le kohaï, à l’inverse, doit à ses sempaïs un respect inspiré par la gratitude et le désir d’apprendre. La relation entre dohaïs doit être celle d’un échange, d’un partage, d’une entraide, et non celle d’une compétition.

Ces trois notions sont donc fondamentales dans la vie du dojo, car elles permettent de comprendre que la pratique, l’entraînement (keiko) se font en commun, dans un esprit de camaraderie. En aucun cas ne s’agit-il pour les anciens d’écraser les nouveaux, d’asseoir une autorité fondée sur la domination ; ni pour les nouveaux de « rattraper » les anciens. C’est aussi cet esprit d’échange qui explique pourquoi on ne sépare généralement pas les anciens et les débutants lors des cours.

En Europe, on utilise parfois ces notions pour désigner une relation particulière unissant deux pratiquants : ainsi untel parlera-t-il de tel ancien comme de « son » sempaï, au sens où, sans être son professeur, il aura joué pour lui un rôle particulièrement important. Cet usage reste fidèle dans l’esprit à la relation qui doit unir sempaï et kohaï, même s’il la restreint à une relation unique entre deux personnes.

Cette question vous a intéressé ? Achetez le livre !

la question de la semaine