La question de la semaine (#50)

50 Qu’est-ce que kamae ?

Kamae est le mot japonais qui correspond à l’idée de garde. C’est donc une notion commune à tous les arts de combat, qui désigne une position du corps, des pieds et des mains destinée à permettre de se protéger d’une frappe, par exemple en la bloquant, tout en restant en capacité d’attaquer.

L’aïkido connaît une pluralité de positions de garde très marquées, par exemple dans le travail du jo ou du bokken. Travailler un même mouvement, même très simple, en modifiant simplement la garde de départ, peut ainsi souvent constituer une variation extrêmement intéressante.

À mains nues, les pratiquants d’aïkido ne semblent pas adopter de garde aussi nette. Si cela est vrai au sens où les mains du pratiquant sont le plus souvent au repos, il n’en est pas moins vrai qu’il existe des positions de corps et de pieds très claires, dont la figure de base est sankaku ou hitoemi (un pied avancé, le second pied presque perpendiculaire à celui-ci, dessinant un triangle, le gros orteil dans le prolongement du talon du pied avancé ; position légèrement de profil).

Reste que les positions de garde de l’aïkido sont souvent moins marquées que celles d’autres disciplines (cf. par exemple la boxe, avec cette position caractéristique des deux mains levées devant le visage) – certainement est-ce parce que l’aïkido s’inspire également d’un sens plus large de la notion : l’idée de kamae existe en effet également dans des disciplines qui n’ont rien de martial, comme l’art des fleurs, du thé ou de la calligraphie par exemple, où elle renvoie à l’idée de construire, d’être préparé, d’attendre avec intensité.

L’une des recherches fondamentales de l’aïkido est mugamae no kamae (la garde sans garde). Il s’agit de réduire la position de garde à sa plus simple expression : une position indiscernable qui permet pourtant une mobilité immédiate et efficace. On voit bien ainsi de quelle façon la notion de kamae dépasse la simple prescription posturale, pour rejoindre la notion de vigilance (zanshin), de conscience et de perception, qui en fait une notion fondamentale du budo.

À un niveau bien plus modeste, certainement ferez-vous une première expérience de cette dimension lorsque vous commencerez à percevoir les liens existant entre la position de garde adoptée et les attaques réalisées par votre partenaire.

Cette question vous a intéressé ? Achetez le livre !