La question de la semaine (#57)

57 Pourquoi devenir enseignant ?

Quand on débute l’aïkido, on est forcément très loin de s’imaginer un jour enseigner. Il devient pourtant tout à fait logique, au fur et à mesure que le temps passe et que l’on progresse, que le temps et l’énergie consacrés ne cessent d’augmenter, de chercher à s’investir plus encore dans l’aïkido. Cela passe souvent par l’enseignement.

On considère souvent que ce passage à l’enseignement constitue une façon de rendre ce qui nous a été donné : qu’il s’agisse d’aider son école à se développer en y devenant assistant ou en ouvrant un nouveau dojo, on s’apprête à permettre à d’autres de commencer leur propre voyage en aïkido.

Au delà de cette notion, liée à l’étiquette, enseigner est aussi un moyen d’approfondir sa propre pratique. En effet, devenir enseignant ne s’apparente en aucun cas à une forme de « retraite », le professeur se contentant de démontrer des mouvements et de diriger un entraînement auquel il ne prend plus part. Bien au contraire, l’enseignant se doit d’être un exemple pour ses élèves et il doit lui-même toujours continuer de pratiquer – et se montrer capable de chuter, de réaliser les mouvements, de s’engager dans la pratique, etc.

L’enseignant doit également savoir garder l’esprit du débutant (shojin) et peut-être même rester lui aussi élève, en suivant l’enseignement d’experts de haut niveau, en participant à des stages ou même tout simplement en assistant aux cours d’autres professeurs de sa région. Un enseignant reste donc avant toute chose un pratiquant, acceptant la recherche et la remise en question.

Enseigner l’aïkido constitue par ailleurs une extraordinaire occasion de réfléchir sur sa propre pratique. Construire un cours, expliquer un principe, amener ses élèves à progresser… tout cela nécessite que le professeur soit capable de donner de la profondeur à sa compréhension de l’aïkido. Cela constitue également bien souvent une épreuve de vérité qui permet de remettre en question les fausses certitudes, et donc de progresser.

À un certain niveau, l’enseignement représente enfin une occasion de continuer son propre chemin dans l’aïkido, en développant les axes de pratique auxquels on est sensible. Enseigner constitue ainsi un authentique travail de recherche personnelle.

On le voit, enseigner l’aïkido est donc avant tout une nouvelle façon de continuer à cheminer sur la même voie, tout en essayant d’aider d’autres à y cheminer aussi.

Cette question vous a intéressé ? Achetez le livre !