La question de la semaine (#71)

71 Pourquoi travaille t-on au ralenti ?

Peut-être aurez-vous été interpellé, durant les cours d’aïkido, par le fait que l’on travaille à vitesse modérée, voire même parfois « au ralenti » et vous serez-vous demandé le sens que ce type de travail peut avoir pour un art martial.

Travailler à vitesse « normale » n’est pas aisé, surtout lorsqu’il s’agit d’attaques frappées ou quand on débute encore l’aïkido. Un travail à vitesse réduite permet de faciliter l’étude, en réduisant les tensions ou la crainte de blessures, ou en laissant aux plus débutants le temps de réagir. Ces séquences d’étude permettent également de mieux comprendre le mouvement, et donc de mieux le réaliser et l’intégrer.

Le travail au ralenti est d’ailleurs tout aussi intéressant pour les attaques que pour la réalisation des techniques. Il permet d’étudier la précision du geste, favorise le relâchement du mouvement et la souplesse du corps.

Par ailleurs, ce travail est loin d’être réservé aux débutants et il reste tout à fait bénéfique pour les pratiquants avancés, auxquels il permet de retravailler les bases, qui constituent un objet perpétuel d’étude. Il permet ainsi un travail pointu sur les fondations de l’aïkido (ma-aï, irimi, atemi…). Il sert également de révélateur, permettant de repérer dans l’exécution technique des erreurs, des défauts, des gestes parasites que la vitesse peut parfois masquer. Il oblige enfin les deux partenaires à réaliser un travail détendu, disponible et souple, au risque de rendre l’exécution technique impossible à vitesse lente ; il constitue ainsi un excellent cadre de développement des sensations.

Attention néanmoins à ne pas s’enfermer dans un travail au ralenti. Il est en effet important de ne pas négliger la transposition vers un travail à rythme rapide, qui représente lui aussi une situation-problème riche d’enseignements qu’il ne faudra pas négliger. On évitera ainsi, par exemple, l’écueil d’une approche trop analytique ou trop conciliante de l’aïkido et l’on profitera des bienfaits d’une pratique dynamique.

Cette question vous a intéressé ? Achetez le livre !