La question de la semaine (#85)

85 Qu’est-ce que le iaïdo ?

Le iaïdo est un art martial japonais qui s’intéresse à la pratique du sabre, et notamment à partir de l’action de dégainer.

Évolution de techniques guerrières ancestrales et cousin du kendo, qui en incarne pour sa part un dérivé sportif, le iaïdo constitue comme l’aïkido un authentique budo, une voie de développement personnel ancrée dans une tradition martiale.

Sa pratique consiste souvent en la répétition très méticuleuse de brefs enchaînements solitaires extrêmement codifiés (katas), qui doivent être exécutés non seulement dans une forme, mais également dans une intention correcte : on cherchera ainsi par exemple à manifester à certains temps de la réalisation la vigilance ou l’intention de menace.

Ces enchaînements, qui correspondent tous à la projection dans une situation martiale définie, incluent généralement quatre étapes fondamentales : nuki tsuke (dégainer et menacer) ou nuki uchi (dégainer et couper) ; kiri tsuke (couper) ; chiburi (nettoyer la lame) ; noto (rengainer).

S’il existe de nombreuses écoles de iaïdo, qui proposent chacune des enseignements différents, on peut signaler l’existence du seitei iaï, compilation de douze katas issus d’écoles différentes, qui offre un aperçu diversifié de la discipline en même temps qu’un fond commun à de nombreux pratiquants.

S’il constitue une voie martiale à part entière, clairement distincte de l’aïkido, le iaïdo offre néanmoins certaines similarités avec notre discipline. Il est donc loin d’être étonnant que des pratiquants d’aïkido, notamment assez avancés, s’intéressent également au iaïdo, qui permet de développer de justes sensations de coupe, d’exercer le shisei, la précision des gestes, la mobilité et la disponibilité, la perception du ma-aï ou même, tout simplement, de cultiver l’esprit du débutant (shoshin), en abordant comme élèves une voie nouvelle.

Cette question vous a intéressé ? Achetez le livre !