La question de la semaine (#87)

87 Tout cela n’est-il pas un peu austère ?

On vous parle de progrès, d’évolution, de construction et de développement personnels, d’étiquette, d’art de paix, d’union des énergies, et on veut même vous expliquer comment écrire ou compter en japonais, vous faire faire des exercices bizarres… tout cela ne serait-il pas un peu austère, triste, ascétique ?

Pas de panique ! L’aïkido, comme tout art martial japonais, est ancré dans un horizon culturel qui nous est étranger. Certainement est-ce le rôle d’un petit manuel comme celui-ci, qui se propose de vous aider à vous y repérer, de mettre tout cela en perspective et de vous donner des clefs de compréhension – au risque de manipuler pour ce faire tout un vocabulaire aux airs grandiloquents pour qui n’en est pas familier.

Mais on n’apprend pas, fort heureusement, l’aïkido dans les livres et votre pratique au dojo sera bien plus simple et concrète, et elle comportera en toute logique son lot de frappes, saisies, projections, clefs, immobilisations… et, on l’espère, ses moments d’exaltation, d’enthousiasme, de plaisir, autant que ses instants de fatigue, de sueur, d’épuisement, d’essoufflement…

La notion de plaisir est d’ailleurs elle-même extrêmement importante dans une discipline comme l’aïkido : plaisir de l’effort, évidemment, et plaisir de la progression ; mais aussi plaisir de l’échange et de la rencontre, l’aïkido étant par sa nature même une discipline fortement ancrée dans la notion de rencontre – rencontre avec le partenaire, dans le mouvement lui-même ; mais aussi rencontre avec les autres pratiquants, en tant que personnes. Certainement est-ce ce qui explique l’esprit d’ouverture et d’hospitalité qui prévaut aujourd’hui dans la plupart des clubs, ou lors des stages, où l’on a plaisir à se retrouver, sur le tatami et au-delà.

L’aïkido est également dominé par l’idée qu’il faut « pratiquer dans la joie ». Cette idée remonte d’ailleurs à O sensei lui-même, qui en avait fait l’une des règles de la pratique affichées dans son dojo ; elle a été largement relayée par Tamura sensei et constitue certainement l’une des clefs de compréhension d’un sens profond de l’aïkido.

Cette question vous a intéressé ? Achetez le livre !